Le développement économique tel que le propose le système capitaliste classique, épuise les ressources naturelles de la terre à un rythme que certains nous disent insoutenable à très court terme. Le niveau actuel d’exploitation des ressources terrestres, conduira rapidement à des pénuries qui généreront, probablement, des conflits. Sans parler de la pollution de l’air, de l’eau des océans, du risque nucléaire, du réchauffement climatique, etc…. qui mettent la survie de l’Homme sur terre en sursis.

Propositions à explorer et discuter.

La transition écologique doit être conçue comme un projet global de société qui inclut la prise en compte

  • de l’énergie : viser autant que faire se peut l’indépendance énergétique localement
  • de la mobilité : repenser nos modes de transport, nos déplacements…
  • du vivre-ensemble : favoriser les liens sociaux pour augmenter le bien-être
  • de l’alimentation : miser sur une alimentation saine, respectueuse des cycles naturels et des besoins de l’organisme
  • de l’écologie : respecter les cycles naturels, préserver les ressources naturelles…
  • de l’économie : miser sur l’économie locale, circulaire…
  • de la démocratie : apprendre à se réapproprier les processus de réflexion, de décision, de mise en oeuvre et d’ajustement de mesures en misant sur l’expertise et le partage de compétences des gens de terrain.
  • des modèle des « Villes en transition »
  • de la lutte contre l’obsolescence programmée
  • la redéfinition du concept de travail

Il s’agit véritablement de repenser notre mode de vie et de consommation, notre concept de travail, notre représentation du bien-être et du bonheur, non en revenant au Moyen-Age mais en se questionnant en profondeur et régulièrement sur ses habitudes de vie, ses besoins réels, son rapport au temps, aux autres et à la nature.