Le plein emploi est un objectif à atteindre. Tout le monde y gagnera : les comptes de l’Etat, le pouvoir d'achat des plus fragiles, le moral de la population. Objectif colossal ! mais réaliste. (Remarque, le plein emploi correspond à un taux de chômage proche des 5 %, il faudra aussi revoir les notions de travail et d'emploi).

Si toutes les entreprises de Wallonie - Bruxelles engageaient 1.5 salarié de plus, nous n'aurions plus de chômeurs.  

Propositions à explorer et discuter.

  • Développer une économie locale plus axée sur le bien-être des gens… à côté de l'économie productiviste qui vise la rentabilité et qui doit être, elle aussi développée.
  • Créer des postes de travail supplémentaires. La motivation du chef d’entreprise est l’élément primordial de la mesure.
  • Aménager les fins de carrière pour permettre à ceux qui le souhaitent de travailler moins avec réduction du salaire et augmentation du bien-être.
  • Expérimenter le partage du temps de travail. Mais admettre qu’en travaillant moins, on gagne moins. Le bénéfice étant, principalement, de l’ordre du bien-être, de la qualité de vie, de l’augmentation des liens familiaux et sociaux.
  • Tenir compte de la démographie et contrôler les flux migratoires.
  • Réinsérer une grande partie des demandeurs d'emploi par une formation spécifique non seulement de type technique, notamment grâce à l’alternance, mais aussi de remise sur les rails en termes de repères sociaux.