Des exemples montrent qu’il était possible de faire autrement, ce sont nos décideurs qui ont pris, pendant près de 50 ans, des décisions mauvaises ou inefficaces.

Pouvait-on et peut-on faire autrement ? Incontestablement la réponse est oui.

  • D’abord, des exemples montrent que des régions pauvres hier sont aujourd’hui extrêmement prospères. A la fin de seconde guerre mondiale, la Flandre et le Nord-est Italien, par exemple, sont 2 régions où règne la misère. En moins de 2 générations, elles se sont hissées dans le top des régions européennes les plus riches.
  • Ensuite, d’autres régions d’Europe industrielles fortement impactées par un déclin de leurs industries lourdes comme la Wallonie l’a été, se sont magistralement redressées. Les chiffres montrent que ce n’est pas le cas de la Wallonie.
  • Ensuite, des centaines d’entreprises wallonnes ou bruxelloises sont devenues de véritables fleurons industriels, performants démontrant par-là que nous avons des atouts pour développer nos entreprises, dans nos régions autant qu’ailleurs.
  • Enfin, notre peuple un peu latin, un peu germanique a des qualités extraordinaires reconnues dans le monde entier.

La crise n’est pas une fatalité. Nos dirigeants socio-économiques en sont responsables en grande partie parce qu’ils ont pris des mesures mauvaises ou inefficaces.