1er mai : Résultats de notre enquête sur le travail idéal en 2018

Résultats.jpg

Le travail idéal, pour vous, c’est…

D’abord un travail épanouissant

Le travail idéal est celui dans lequel on s’épanouit ! On s’y épanouit, en tant que travailleur.euse, et en tant qu’être humain.

C’est celui pour lequel « on est joyeux de se lever le matin »[1], auquel « on se rend le cœur joyeux et pas avec des pieds de plombs », et durant lequel « on ne compte pas ses heures ».

Mais quelles sont les caractéristiques de ce travail épanouissant ? Il s’agit d’un travail dans lequel chacun travaille « en adéquation avec ses compétences ». Mieux : un travail où chacun se sent « utile » parce qu’il peut valoriser ses compétences, en apprendre de nouvelles et évoluer. Plusieurs ont clairement signalé que l’intérêt du travail dépendait des « possibilités d’évolution ».

Des conditions de travail respectueuses des différences

De plus, on ne peut s’épanouir qu’en étant respecté(e) et reconnu(e). Les « bonnes conditions » de travail sont celles dans lesquelles chacun se sent respecté « au-delà des clivages de couleur de peau, d’ethnie, de niveau, etc. ». L’idéal, c’est une entreprise dans laquelle on peut être « acteur.trice ». Si cet environnement de travail comprend également des collègues sympathiques, avec qui on peut se lier d’amitié, c’est « la cerise sur ce gâteau » du travail idéal !

Un travail où l’humain a sa place

Le problème, c’est quand les conditions de travail se dégradent, lorsqu’on ne peut plus s’épanouir, parce que l’aspect humain est abandonné au profit d’une « rentabilité à tout prix ». C’est particulièrement vrai pour celles et ceux qui travaillent dans des domaines liés aux services à la personne, comme les milieux hospitaliers. La frustration est là lorsqu’un « travail à la chaîne » est imposé : l’humain n’est alors plus « qu’une marchandise ».

Parfois, c’est le poids des « tâches administratives » qui empêche d’être disponible pour les personnes que l’on doit aider : patients, etc. En particulier pour les indépendants. Un travail qui déshumanise n’est jamais épanouissant.

Un salaire décent

Et le salaire dans tout cela ? Celles et ceux d’entre vous qui ont abordé la question l’ont fait pour souligner que ce qui importait, c’était que le salaire permette de « vivre décemment » : « avoir une vie digne », « payer les factures », « nourrir sa famille », et de s’offrir quelques loisirs, un peu de bon temps. Pas de recherche effrénée du plus gros salaire, dans un emploi qui « empièterait sur la vie privée ». L’équilibre entre vie professionnelle et vie privée est important.

C’est d’ailleurs pour cela qu’un travail idéal est aussi un travail « à proximité du domicile afin d’éviter les longs trajets », et « qui n’oblige pas à quitter le domicile pendant plus de 10 heures par jour ».

Un même objectif pour tous : du bien-être pour une meilleure productivité

Alors, certains font des propositions : pourquoi ne pas travailler moins d’heures par semaine, et moins longtemps, afin d’offrir davantage d’opportunités d’emplois, à celles et ceux qui en cherchent ? Un état idéal du secteur du travail serait : « le plein emploi, du bien-être au travail, et des résultats ». Qui ne serait pas d’accord ? Certains rappellent d’ailleurs que tout cela est lié : le bien-être au travail est « primordial » : « plus grand est le bien-être au travail, meilleure sera la productivité ». De quoi réunir patrons et travailleurs autour d’un même objectif !

On s’y attelle tous ensemble ?

Contactez-nous si vous avez envie de vous engager dans la réflexion d’Oxygène sur le travail, ou sur tout autre sujet, vous êtes le/la bienvenu(e) !

[1] Toutes les parties entre guillemets sont des extraits des témoignages envoyés par les citoyens lors de l’enquête…

Parallèlement à l'enquête en ligne, certains citoyens se sont exprimés en vidéo :

 
 

 

Les affiches de notre enquête :